Page d'acceuil
                            ** Nouvelles **    

                            Pour la reconnaissance la loi nous demande de nous conformer à l'arrêt Powley.
                            *** Voici les extraits du procès auquels il faut répondre ***
                            nous retenons les trois facteurs principaux suivants comme indices tendant à établir l’identité métisse dans le cadre d’une
                            revendication fondée sur l’art. 35 : auto-identification, liens ancestraux et acceptation par la communauté.

Premièrement, le demandeur doit s’identifier comme membre de la communauté métisse. Cette auto-identification ne doit pas être récente : en effet, bien qu’il ne soit pas nécessaire que l’autoidentification soit constante ou monolithique, les revendications présentées tardivement, dans le but de tirer avantage d’un droit visé à l’art. 35, ne seront pas considérées conformes à la condition relative à l’auto-identification.
( Important : ceux qui attendent que nous ayons réussi pour se joindre à un groupe métis, ne pourront pas répondre aux conditions de la reconnaissance)

Deuxièmement, le demandeur doit faire la preuve de l’existence de liens ancestraux avec une communauté métisse historique. Cette exigence objective garantit que les bénéficiaires des droits protégés par l’art. 35 possèdent un lien réel avec la communauté historique dont les pratiques fondent le droit revendiqué.

Troisièmement, le demandeur doit prouver qu’il est accepté par la communauté actuelle dont la continuité avec la communauté historique constitue le fondement juridique du droit revendiqué. L’appartenance à une organisation politique métisse peut se révéler pertinente à cet égard, mais elle ne suffit pas en l’absence de données contextuelles sur les conditions d’adhésion à l’entité et sur le rôle que joue cette dernière au sein de la communauté métisse. L’élément central du critère de l’acceptation par la communauté est la participation, passée et présente, à une culture commune, à des coutumes et traditions qui constituent l’identité de la communauté métisse et qui la distinguent d’autres groupes.

Voilà en quoi consiste le critère de l’appartenance à la communauté. La participation aux activités de la communauté et le témoignage d’autres membres sur les liens du demandeur avec la communauté et sa culture

Enfin la bonne nouvelle pour notre groupe
Nous avons résolus les points 1 et 2 soit les plus difficiles à résoudre. Nous avons notre village historique et contemporain , la généalogie et autres.

La prochaine étape faire notre demande officiel a Ottawa possiblement cet automne et de faire reconnaitre notre groupe par les villes et villages de nos régions ce qui ne devrait pas causer de problème.
Lettre envoyée a la Reine Elizabeth janvier 2019
Lettre envoyée au secrétaire de l'ONU Mars 2019  on a eu une réponse faut écrire maintenant au haut-commissariat
Une partie de la conversation avec le chef de la famille algonquine fin 2018
Invitation faites au chez de Maniwaki, Chicoutimi et Bois brulé mars 2019